Home > Actualites - Headlines, Elections Generales/General Elections (Discussion), Uncategorized > Elections generales 2010 – General elections 2010- National Assembly elections – Programme gouvernementale – Government programme 2010-2015 -Programme electoral Alliance du Coeur (MMM – UN – MMSD) – Pour une autre Ile maurice (For another Mauritius)- Mauritius – Ile Maurice

Elections generales 2010 – General elections 2010- National Assembly elections – Programme gouvernementale – Government programme 2010-2015 -Programme electoral Alliance du Coeur (MMM – UN – MMSD) – Pour une autre Ile maurice (For another Mauritius)- Mauritius – Ile Maurice


(from mmm.mu website)

Pour une autre île Maurice …
Mes chers compatriotes,
Je me présente devant vous en tant que candidat au poste de Premier Ministre et chef d’une équipe exceptionnelle, composée de personnes qui ont fait leurs preuves et de jeunes pleins d’idées et d’énergie à un moment où le pays est à un tournant de son histoire. Il y a des problèmes partout et les défis sont considérables.
Le constat est unanime : il n’y pas plus de Law and Order dans le pays ; l’insécurité est généralisée. La situation est telle que certains se croient autorisés à prendre la loi entre leurs mains. Aujourd’hui, il n’y a plus de respect pour l’uniforme et c’est le règne des gangs. Le gouvernement que je dirigerai demain entend procéder en priorité à une véritable révolution dans la manière d’appréhender les questions d’ordre public afin que chaque Mauricien se sente en sécurité chez lui et qu’il puisse se rendre dans n’importe quel coin du pays sans être agressé. La drogue et le Subutex ayant connu une explosion sans précédent, avec la complicité de certains au pouvoir, je livrerai, comme annoncé, une
guerre sans merci contre ces fléaux.
Tous les experts le reconnaissent : le pouvoir d’achat des Mauriciens a été rogné, les pauvres sont devenus encore plus pauvres et ceux qui arrivaient tant que bien mal à joindre les deux bouts les ont rejoint dans la précarité durant ces derniers cinq ans. Les classes moyennes se sont rétrécies.
L’Alliance du Coeur ne l’est pas que de nom. Elle s’engage à rétablir le pouvoir d’achat des Mauriciens en agissant sur deux fronts, l’amélioration des salaires et une politique des prix des denrées de base qui reste à la portée du plus grand nombre avec l’application d’un vigoureux programme de justice sociale.
L’Education, ce secteur vital pour l’égalité des chances et la mobilité sociale, a enregistré un net recul ces dernières années, la compétition féroce ayant été ré-introduite pour les enfants de 11 ans. Mon équipe reprendra la démocratisation mise en marche en 2000 afin que chaque enfant mauricien puisse s’épanouir. Cela commencera avec la reconnaissance de sa langue maternelle. Education mais aussi formation pour résoudre le problème d’inadéquation entre l’offre et la demande afin de faire reculer le chômage, chez les femmes notamment.
Jamais la République de Maurice n’a, par ailleurs, été confrontée à autant de corruption à tous les
niveaux. Ministres, conseillers du Premier Ministre, conseillers municipaux, responsables des corps
paraétatiques, festival de la terre, scandales du hedging, abus de pouvoir des nominés politiques,
hijacking éhonté des biens publics…, la liste serait trop longue à énumérer ici. Mon gouvernement,
comme il l’a démontré dans le passé, attaquera de front ce problème avec un renforcement des lois.
L’unité nationale a, ces dernières années, été mise à mal avec l’éclosion de groupuscules sectaires.
Je suis, vous le savez déjà, celui qui saura fédérer la nation mauricienne parce que l’histoire m’a
confié cette mission depuis 1969. Je l’ai déjà prouvé lorsque j’étais à la tête du pays, et il y régnait un
climat général apaisé, serein, comme l’avaient démontré les Jeux des Iles de l’Océan Indien. L’unité
de tous les Mauriciens a toujours été au centre de nos préoccupations et personne à ce jour n’a pu, à
ce chapitre, prendre en défaut le MMM.
Aucun pays ne saurait progresser sans démocratie et sans méritocratie. Aucun autre parti politique à
Maurice ne peut disputer au MMM le titre de champion de la démocratie. Notre palmarès parle pour
lui-même : les élections générales obligatoires, les municipales, les partielles, les radios privées et
demain la fin de la honte que représente la MBC avec la concrétisation du projet de télévision privée,
mise en chantier avant 2005 et gelée pour des raisons évidentes.
Le programme que vous lirez plus loin détaillera les mesures que mon gouvernement va introduire
pour un vrai changement et, en fait, pour une toute autre île Maurice. Un pays plus propre, plus juste,
plus démocratique, plus « women and youth friendly ».
Comme vous, comme la grande majorité, comme tout simple Mauricien, je ne suis parti de rien. En
1969, je n’avais que 24 ans, l’âge où les jeunes ont d’autres préoccupations, mais c’était sans
compter cette flamme qui m’a toujours animé : la passion pour mon pays. Avec mes 40 ans de
combat auprès des plus humbles et des plus démunis de la société mauricienne et ce que j’ai
toujours représenté, je veux être plus qu’un symbole. J’ai été, je suis et je serai le garant de la
méritocratie dans ce pays. Chaque fille et chaque fils qui naît sur notre sol est, avec moi, assuré
d’une vraie égalité de chances à toutes les étapes de sa vie. Aucun poste ne sera plus jamais
réservé, dans le public comme dans le privé, à une clique ou à une famille.
Le peuple mauricien a une chance historique d’écrire, non pas un chapitre, mais un tout nouveau livre
de son histoire. Je sais, moi, qu’il sera exact au rendez-vous du 5 mai. Vive l’île Maurice, vive
l’Alliance du Coeur, vive le MMM.
Paul R. Bérenger
LES 12 MESURES PRIORITAIRES
DE NOTRE PROJET DE GOUVERNEMENT
Un plan d’action d’urgence pour rétablir la sécurité publique ; une campagne nationale contre le
subutex et les drogues illicites ; un contrôle sévère exercé sur les maisons de jeux ; des moyens accrus
pour la police
2 Une action vigoureuse contre la corruption avec l’octroi des contrats
pour les infrastructures publiques ainsi que des pas géométriques et
terrains de l’Etat par appel d’offres.
3 Pour plus de transparence et de méritocratie : Des appels de
candidatures publics pour tout recrutement à la direction des
organismes et compagnies privées propriété de l’Etat et l’engagement
que toute nomination à des postes de responsabilité aura comme
critère premier la compétence
4 Stimuler le pouvoir d’achat des salariés et des pensionnés avec les
tripartites pour une compensation annuelle en fonction de l’inflation et le
rétablissement des subsides sur le riz, la farine et le gaz ménager à
travers le budget, avec pour conséquence une baisse des prix d es
carburants.
5. Une offensive nationale contre la pauvreté avec un programme
d’Income Support aux 32 000 ménages les plus démunis ; création de
50 000 emplois ; subventions pour les services de crèche, de
garderie et du pré-primaire.
6 Abolition de la NRPT et de la taxe de 15% frappant les intérêts perçus
par les épargnants et réintroduction des subsides sur les frais
d’examens du SC et du HSC.
7.Une éducation de qualité pour tous avec réforme fondamentale du
CPE ; option de la langue Kreol à l’école ; et internet gratuit pour les
jeunes.
8 Un état d’urgence de la santé publique pour combattre la progression
alarmante des maladies non transmissibles et une réorganisation des
services de santé publiques pour rehausser la qualité des soins
9. Priorité à la fourniture d’eau et au développement durable ; construction
de 20 000 logements sociaux ; prise en charge par l’Etat des frais de
syndic NHDC et exemption du Registration Duty pour le premier
logement ; nouvelles initiatives pour décongestionner nos routes.
10.Approfondissement de la démocratie : réforme électorale ; loi
régissant le financement des partis politiques ; code de conduite ayant
force de loi pour dissocier politique et religion ; nouvelles lois du
travail
11. Législation nouvelle pour réserver un siège par circonscription à
l’Assemblée Nationale et un tiers des sièges au sein des
municipalités, Village et District Councils pour les femmes.
12. Introduction de la télévision privée et remise en ordre générale à la
MBC pour offrir un service public indépendant et de qualité.
.
35 PROPOSITIONS POUR UNE AUTRE ILE MAURICE
I. POUR UNE ILE MAURICE DURABLE…….
1. ECOLOGIE ET DEVELOPPEMENT DURABLE
Trop longtemps, les économistes nous ont fait croire que la croissance, seule, pouvait résoudre
l’ensemble de nos problèmes. Mais la croissance économique est malheureusement souvent
accompagnée de conséquences sociales et écologiques qui peuvent anéantir les effets positifs de
cette croissance. Un nouveau ministère de l’Ecologie et du Développement Durable aura pour
mission de trouver un juste équilibre entre les impératifs économiques, sociaux et écologiques, en
coordination avec tous les ministères concernés.
• Un ministère de l’Ecologie et du Développement Durable sera crée qui oeuvrera en étroite
collaboration avec le Prime Minister’s Office pour l’adoption d’un modèle de croissance durable qui
orientera l’action de tout le gouvernement. Le Premier ministre présidera ainsi une Commission inter
ministérielle dotée de compétences transversales (transport, logement, aménagement du
territoire….) à cet égard.
• Le Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable sera appelé à mettre sur pied un
Comité National pour le DD regroupant tous les acteurs de la vie publique dont l’Etat, les politiques,
les entreprises, les collectivités locales, les ONG et la société civile pour assurer la mise en oeuvre
d’une stratégie nationale de DD.
• Nous veillerons à intensifier les campagnes d’éducation et de conscientisation sur la
responsabilisation environnementale, ainsi qu’à encourager le développement d’une Industrie de
l’Environnement.
• La Green Accountability doit impérativement faire partie des normes de la Good Governance.
Une fiscalité écologique sera introduite en égard à la taxation des activités polluantes d’une part mais
aussi des allègements fiscaux pour inciter les choix économes en énergie et en ressources non
renouvelables d’autre part.
• Pour garantir la qualité de nos produits agricoles, nous interviendrons au niveau du premier
maillon de la chaîne alimentaire en établissant un plan pour prévenir toute contamination et préserver
la qualité du sol.
• Planifier la construction des réservoirs nécessaires à l’évolution de nos besoins, à réduire les
fuites et perdition d’eau et ainsi à réduire les coupures d’eau, à améliorer la qualité d’eau potable
grâce à la création d’un plus grand nombre de stations de traitement et un meilleur contrôle dans les
différentes zones de distribution, sera une priorité de notre gouvernement. Il s’agira aussi de
s’assurer que le plus grand nombre de maisons soient connectées au réseau de tout à l‘égout et nos
besoins en stations de traitement des eaux usées adéquatement planifiés.
• De même, le nouveau ministère sera chargé de préserver la qualité de l’eau des rivières et
réglementer l’utilisation des berges. La diversité de la flore et de la faune peut être améliorée et la
réintroduction des espèces menacées considérée. Nous veillerons à utiliser les terres marginales
afin de créer de nouvelles forêts ainsi que de nouveaux habitats.
• Une des priorités du gouvernement sera d’assurer la sécurité énergétique du pays et de
réduire le risque de coupures électriques. A cette fin, il élaborera une stratégie pour favoriser
l’utilisation optimale de toutes les sources d’énergie renouvelables. L’énergie éolienne et les cellules
photovoltaïques doivent être judicieusement exploitées pour réduire l’utilisation du charbon.
• Une nouvelle politique énergétique sera introduite pour plus d’efficience pour assurer la
sécurité des approvisionnements et des réserves stratégiques en carburants seront constituées.
• Face à l’augmentation des déchets enfouis à Mare Chicose et pour améliorer la salubrité
publique, il faudra non seulement introduire des méthodes durables d’élimination des déchets, mais
moderniser toute la chaîne en amont de l’utilisation efficace de la poubelle dans les foyers à la
collecte, en écourtant les cycles de ramassage.
• Les collectivités locales seront dotées de la capacité technique et logistique pour assurer la
mise en oeuvre des plans d’aménagement du territoire et éviter que certains développements
fonciers n’enlaidissent le paysage. Le patrimoine architectural sera plus protégé et mis en valeur. Un
plan antibruit sera élaboré pour réduire au maximum la pollution sonore.
• La Police de l’Environnement sera dotée de pouvoirs accrus pour s’assurer du bon respect
de nos lois, notamment concernant le respect des EIA, l’entretien des terrains vagues par les
propriétaires, le respect du civisme lié à la pollution
II. POUR UNE ILE MAURICE PROSPERE……..
2. ECONOMIE ET FINANCES
Face aux nouveaux défis de l’économie mondiale, l’Alliance du Coeur apportera une nouvelle
orientation à la politique économique du pays. Au cours des cinq prochaines années, le
développement économique s’appuiera sur les axes majeurs suivants :
• Une vraie démocratisation économique qui vise à permettre à un plus grand nombre de
contribuer à la croissance et de bénéficier des richesses du pays.
• La restructuration et la consolidation des pôles traditionnels de croissance dont le tourisme,
l’industrie textile, le sucre, les services financiers notamment pour plus de valeur ajoutée et
pour attirer plus de compétences.
• La création de nouveaux pôles de croissance prenant appui sur les nouvelles technologies et
l’optimisation de toutes les potentialités de l’e-économie à travers l’utilisation des technologies
de l’information et des communications.
Ainsi, notre gouvernement verra la création d’un nouveau ministère pour le développement intégré
du commerce régional, de la logistique, des services financiers, de l’infrastructure physique et des
supports logistiques, à travers un réseau élargi de connections air/mer et la création de plus de valeur
ajoutée dans le supply chain.
3. POUVOIR D’ACHAT ET PROTECTION DES CONSOMMATEURS
Le coût de la vie est aujourd’hui une préoccupation majeure de chaque Mauricien. L’Alliance du Coeur,
soucieuse de protéger les intérêts des consommateurs, mettra sur pied tout un arsenal pour stimuler le
pouvoir d’achat et rendre accessibles toutes les informations sur les produits de consommation. Dans le
but d’enrayer la dérive ultralibérale de l’économie et l’appauvrissement des classes populaires, l’Alliance
du Coeur propose les mesures suivantes :
• La dissolution du National Pay Council et la réintroduction des négociations tripartites
annuelles pour augmenter le pouvoir d’achat par la négociation sociale. Une compensation
salariale sera payée en fonction de l’inflation et de l’augmentation du coût de la vie.
• La National Residential Property Tax sera abolie.
• Les intérêts perçus sur l’épargne seront exonérés de toute taxe.
• Ceux qui font l’acquisition de leur premier terrain ne paieront plus de frais d’enregistrement
jusqu’à hauteur de Rs.150,000
• Les subsides sur le riz, la farine et le gaz ménager seront réintroduits dans les provisions
budgétaires.
• En conséquence, une révision de la structure des prix des produits pétroliers sera effectuée
afin d’en exclure les subsides sur le riz, la farine et le gaz ménager, ce qui débouchera sur
une baisse des prix des carburants pour les consommateurs.
• Un National Consumers Protection Council sera crée afin d’informer les consommateurs des
différents prix pratiqués dans le commerce à travers un système de Recommended Retail
Price.
• Renforcer la Consumer Protection Unit et lui donner plus de moyens pour couvrir toute l’île.
Des sanctions plus sévères seront prises contre les commerçants véreux.
• Augmenter les subventions aux associations de consommateurs. Ouvrir les ondes aux
associations de consommateurs pour une plus grande dissémination de l’information des
consommateurs. Encourager plus d’interactions entre les associations de consommateurs
locales et celles de la région aussi bien que celles des pays développés.
4. AGRICULTURE ET SECURITE ALIMENTAIRE
L’Industrie cannière
• L’industrie cannière, compte tenu du prix du sucre sur le marché européen, aura à s’adapter
rapidement au nouvel environnement et dans ce contexte une véritable politique de
diversification sera promue.
• Toutes les institutions de support de cette industrie feront l’objet d’une réévaluation car
bénéficiant du cess money pour leur fonctionnement. Elles seront appelées à redéfinir leur
rôle dans le cadre d’un clustering de l’industrie.
• Le regroupement des petits planteurs sera encouragé pour une exploitation maximale de la
production cannière sur une plus grande échelle.
• La politique de regroupement sera un avantage dans le projet national d’épierrage.
• Les superficies des terres adaptables à la mécanisation seront portées à 75,000 hectares et
les superficies sous irrigation portées à 55,000 hectares.
• Les droits de douane sur les véhicules utilitaires (4×4 et 2×4) pour planteurs seront abolis.
• La production de l’électricité à partir de la bagasse sera encouragée car elle est une source
d’énergie renouvelable et cadre avec la tendance mondiale de promouvoir une énergie verte.
• Les prix payés aux petits planteurs pour le bagasse transfer seront augmentés.
• Les priorités en termes de développement de l’industrie cannière seront redéfinies dans le
cadre du rôle multifonctionnel de cette industrie.
• La promotion de la production de l’éthanol et d’autres sous-produits sera accentuée.
Encourager les petits planteurs et employés de l’industrie cannière à acquérir des actions
dans des raffineries. L’exemption de la taxe pour les premières 60 tonnes de sucre produits
par les petits planteurs sera introduite.
• Le syndicat des sucres sera encouragé à créer une usine d’emballage pour les produits
sucriers pour plus de valeur ajoutée locale ce qui augmentera les revenus des planteurs.
• Réduction significative du Global Cess à 50% du montant d’ici 2012.
• Réduire les premiums de la Sugar Insurance Fund après une étude actuaire où les planteurs
seront impliqués.
La diversification agricole et la Sécurité alimentaire.
• Promouvoir une alliance stratégique entre les petits planteurs et les propriétés sucrières pour
assurer la sécurité alimentaire et l’exportation.
• Créer une National Food Production Company à laquelle participeront l’Etat, les petits
planteurs et les usiniers. Une telle initiative, s’appuyant sur l’utilisation des terres des
propriétés sucrières et les technologies modernes, permettra aux petits planteurs de tirer
profit de la diversification agricole à grande échelle.
• Un Food Security Strategic Plan sera élaboré pour la production de denrées de base dont le
riz, le blé, la viande et les produits laitiers et impliquant les partenariats avec des pays de la
région dont le Mozambique et Madagascar. Ce plan sera soumis à des bailleurs de fonds dont
l’Union Européenne et la Banque Mondiale.
• Des prêts concessionnaires seront accordés aux petites et moyennes entreprises engagées
dans des activités de derocking, de mécanisation, de transport de récolte, d’irrigation
notamment.
• Revoir les sous-produits de la canne en vue d’encourager la production d’énergies propres et
augmenter les revenus des petits planteurs.
• Les cultures hors-sol seront accentuées et des villages hydroponiques seront aménagés dans
divers districts du pays.
• Le plan national d’épierrage et d’irrigation sera étendu à d’autres localités du pays dans le but
de promouvoir la production vivrière pour la consommation locale et pour la transformation
pour l’exportation.
• Le secteur de l’élevage fera l’objet d’une attention soutenue en ligne avec la diminution
graduelle des produits laitiers importés. Un encouragement sera accordé aux producteurs
laitiers.
• Des zones de pâturage seront identifiées pour faciliter l’accès du fourrage à des petits
éleveurs regroupés.
• L’élevage porcin bénéficiera d’un cadre propice à son développement.
• Un Small Breeders Insurance Fund sera crée pour aider les petits éleveurs engagés dans la
filière.
5. L’INDUSTRIE DU TEXTILE
Les conditions ayant contribué dans le passé au succès de cette industrie n’existent plus. Les
exemptions de la taxe douanière et le système de quota permettant l’accès à nos principaux marchés
sont menacés au niveau de l’Organisation Mondiale du Commerce.
Sous un gouvernement de l’Alliance du Coeur, l’industrie de la mode, le fashion wear apportera une
nouvelle dimension à l’industrie textile. Le potentiel énorme que représente ce secteur en termes de
création de valeur ajoutée offre des possibilités de se lancer dans des marchés niches fast fashion.
Ce qui, avec d’autres mesures, donnera un coup d’accélérateur à l’industrie textile également affectée
par une baisse générale des prix et un marché mondial extrêmement compétitif.
La stratégie gouvernementale s’articulera autour des axes suivants :
• le développement des ressources humaines : La formation spécialisée répondra aux
exigences de nouveaux marchés niches et des nouvelles technologies.
• une série de nouvelles mesures incitatives : A ce stade de l’évolution de l’industrie textile,
l’Etat doit se charger, en consultation avec les partenaires de l’industrie, de proposer un
nouveau package de mesures incitatives.
• des tarifs des services publics raisonnables : Les tarifs devront être fixés de manière à ne pas
pénaliser la rentabilité des entreprises.
• un programme de gestion d’énergie :un programme d’économie d’énergie sera lancé qui
comprendra aussi le recours à des sources d’énergies alternatives.
• des facilités accrues au niveau de l’entreposage et le stockage de matières premières et de
produits finis.
• l’optimisation de l’utilisation des technologies de l’information et de la communication.
• le problème du fret, un obstacle majeur à l’exportation, fera l’objet de concertations avec les
opérateurs en vue d’une solution conforme aux règles internationales.
6. LE TOURISME
Dans un contexte mondial ayant été marqué, au cours des dernières années par une compétition
internationale intense et dans l’année qui vient de s’écouler, par un net ralentissement, le tourisme
mauricien doit plus que jamais faire preuve de sa capacité à innover et à évoluer hors des sentiers
battus. L’Alliance du Coeur, au gouvernement, s’attachera particulièrement à accélérer la préparation
du tourisme mauricien à s’adapter au changement climatique et aux exigences du développement
durable.
• La promotion de la qualité de l’offre touristique sera une priorité nationale. Un suivi rigoureux
sera exercé par la Tourism Authority pour s’assurer de la qualité des services offerts par les
prestataires avant que de nouveaux permis ne soient délivrés ou renouvelés. La formation
professionnelle dans les métiers du tourisme recevra une attention spéciale pour maintenir la
qualité des services.
• Les ressources de la MTPA seront plus efficacement utilisées afin que cet organisme puisse
jouer pleinement son rôle à travers des actions innovatrices en matière de promotion
touristique. Une stratégie s’appuyant sur une véritable diversification des marchés émetteurs
et du produit touristique mauricien sera développée par la mise en valeur d’autres atouts et
caractéristiques offerts par l’ensemble du territoire national.
• Maurice encouragera le tourisme médical et lié au wellness à travers une politique incitative à
l’intention d’investisseurs voulant se lancer dans ce secteur.
• Le créneau de l’écotourisme sera appelé à se développer davantage du fait de ses
nombreuses potentialités. Un plan sera élaboré et mis en oeuvre par un partenariat
Etat/secteur privé.
• De plus, le créneau du tourisme culturel et les villages artisanaux serviront d’appui au secteur
touristique.
• L’action de la MTPA sera réorientée pour promouvoir particulièrement les petits et moyens
établissements hôteliers. Une classification hôtelière sera introduite pour que tous les
partenaires de la filière ainsi que les touristes s’y retrouvent et contribuent à maintenir la
compétitivité de la destination Maurice.
• Certaines pratiques limitant les retombées du développement touristique à un nombre restreint
de prestataires seront découragées. Des mesures seront prises pour s’assurer que les
prestataires de service indépendants des groupes hôteliers puissent bénéficier du
développement touristique.
• Maurice jouera un rôle actif au niveau régional (SADC et COI, COMESA) dans l’expertise
collective des Etats membres face aux défis et aux impacts des différents scénarios du
changement climatique.
7. LES SERVICES FINANCIERS
Le développement du secteur des services financiers reposera sur la transformation de Maurice en un
centre financier de choix pour exploiter le potentiel régional.
• Le lancement d’un Tax Exempt Fund Scheme permettra d’attirer une grosse partie des
investissements étrangers (FDI), et d’autres types de fonds qui sont canalisés vers les juridictions
africaines non membres du Traité de Non double Imposition.
• Un Financial Services Law Committee sera crée pour s’assurer que nos lois financières et les
règlements en vigueur soient revus constamment afin de permettre au pays de demeurer
compétitif par rapport à d’autres juridictions dans le monde.
• Les projets de lois concernant le partenariat et les fondations seront promulgués d’urgence afin
d’étendre le réseau des traités de manière à capter les flux financiers du marché africain.
• Des investisseurs étrangers seront encouragés à s’établir à Maurice et mettre en place des
partenariats avec des professionnels locaux dans des secteurs tels le brokering, l’assurance, les
conseils en gestion de fond et des Trusts, ainsi que des produits et services sharia compliant.
• Les Private Wealth Management Services seront promus pour attirer les riches des continents
africains et asiatiques.
• Le développement de partenariats avec les centres financiers internationaux tels Dubaï,
Singapour et Hong Kong sera encouragé.
• Dans le but d’encourager une plus grande intégration entre les secteurs offshore et onshore, des
compagnies offshore seront autorisées à investir un certain pourcentage de leurs fonds à Maurice.
• Maurice sera promu comme une juridiction de choix en matière de résolution de litiges au sein des
pays du Commonwealth et des pays francophones.
• L’adhésion de Maurice à des organismes internationaux de lutte contre le blanchiment de l’argent
permettra d’exercer un contrôle plus strict sur les mouvements de capitaux.
• Des stratégies nationales et régionales de développement des ressources seront formulées afin
de s’assurer qu’il n’y ait pas d’inadéquation entre les besoins de l’industrie et le programme
éducatif et de formation nationale. Sera crée un ‘Financial Planning Services Board’ pour
l’homologation des professionnels opérant dans les sphères de la finance et la gestion des
patrimoines.
8. LES NOUVELLES TECHNOLOGIES ET LES
TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DES
COMMUNICATIONS
• Création d’un Institut des Nouvelles Technologies pour la recherche et la diffusion de
technologie pour améliorer l’efficience dans les différents secteurs économiques afin de
favoriser une productivité accrue et la croissance.
• Les Tics seront utilisées de manière à propulser la productivité et le développement national.
• Des technologies les plus avancées seront introduites pour créer un nouveau palier de
transparence, de contrôle et de participation des citoyens à travers la plateforme e-
Government. Toutefois, les droits des citoyens à la vie privée seront protégés.
• Le e-procurement visant à accroître la transparence et l’efficience et un coût moindre aux
activités de l’Etat sera encouragé à travers le cadre adéquat.
• Un programme de formation de masse de computer literacy sera mis en oeuvre à travers les
ressources telles la MBC, le MCA, les instituts de formation, les écoles et universités pour
former toute la population.
• Les lois seront promulguées pour assurer la protection des enfants sur internet.
• L’utilisation de l’informatique pour promouvoir la recherche biomédicale sera encouragée de
même que la prévention des maladies, leur identification et la thérapie appropriée.
• Développement d’un cadre propice pour le passage à l’IPv6 sur Internet pour remplacer le
protocole d’IPv4.
• La convergence entre les télécommunications et la diffusion sera encouragée à travers un
Convergence Act qui assurera la promotion de la compétition, établira des garde-fous, protégera la
notion de service universel, encouragera l’efficience technique et régira des lois distinctes en matière de
carrier-regulation for telecommunications et l’encadrement pour le contenu destiné à la diffusion et
préparera le pays pour accueillir une télévision privée.
• Le rôle et la relation entre l’Etat et le privé concernant les télécommunications et la diffusion seront
redéfinis. A cet effet, de nouvelles lois en matière de télécommunications et de services de diffusion
seront introduites.
• Le Data Protection Office sera habilité à opérer dans un cadre pour s’assurer de sa stricte
indépendance.
9. L’INDUSTRIE DE LA PECHE ET LE SEAFOOD HUB
• L’Alliance du Coeur instituera un ministère dédié au secteur de la pêche et des ressources halieutiques
• Une National Fisheries Authority sera créée pour donner une nouvelle impulsion à l’industrie de la
pêche. Cette institution redéfinira des nouvelles priorités en matière du développement de cette
industrie et proposera un cadre juridique et institutionnel approprié pour consolider son rôle de pilier
économique.
• Une nouvelle politique d’incitations sera adoptée pour encourager l’investissement dans l’aquaculture,
dans le strict respect de l’environnement et les droits des pêcheurs.
• Les opérateurs mauriciens seront encouragés à exploiter les ressources thonières migratoires dans la
zone économique exclusive de Maurice.
• L’industrie du thon de la région est gravement menacée par la piraterie et notre gouvernement prendra
l’initiative de promouvoir une coopération étroite entre les pays de la région pour combattre ce fléau. Le
soutien de l’Union européenne sera recherché à cet égard
• Le port de pêche de Port Louis sera aménagé de façon à accueillir les opérateurs de la pêche semiindustrielle.
• La formation aux métiers liés à la transformation des produits de mer sera encouragée à travers l’IVTB
et d’autres structures de formation professionnelle.
• Pour assurer un développement soutenu du Seafood Hub, des actions politiques au plus haut niveau
seront entreprises avec l’Union Européenne pour maintenir les règles d’origine pour l’accès au marché
européen.
• Au niveau de l’OMC, nous serons vigilants pour assurer que les négociations ne débouchent sur une
réduction drastique ou l’élimination des tarifs à l’importation sur les marchés des pays afin de protéger
notre marge de préférences pour les produits thoniers destinés à l’exportation.
• La formation des pêcheurs artisanaux sera étendue pour qu’ils puissent se concentrer sur de nouvelles
activités de pêche et rendre ce secteur plus professionnel.
• De nouveaux dispositifs de concentration de poissons installés hors du lagon pour encourager plus de
pêcheurs artisanaux à se lancer dans cette pêche.
• Les équipements de sécurité spécialement à l’usage des pêcheurs seront exemptés de taxes.
• Le soutien financier aux familles des pêcheurs en cas d’accidents en mer sera augmenté.
• Les épouses des pêcheurs suivront également des cours de formation afin qu’elles soient en mesure de
créer leur propre petite entreprise dans un souci d’aider à leur émancipation sociale.
10. LES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES
Le secteur des petites et moyennes entreprises jouera un rôle crucial dans la création d’emplois et recevra
toute l’aide de l’Etat en termes d’encadrement, d’accès au financement et de formation.
• Des villages dédiés aux petites et moyennes entreprises seront crées et pourvus en facilités pour
s’implanter, entrer en opération et assurer la commercialisation de leurs produits. Un National Start-Up
Forum sera mis en oeuvre pour faire le point sur la stratégie à adopter concernant la création de Starts-
Ups. Un Entrepreneurship Development Programme sera aussi introduit couvrant les problématiques
des ressources humaines, marketing, financement, des opportunités sectorielles
• La SEHDA sera renforcée afin de desservir une véritable plate-forme pour le développement des PME.
La mission de la SEDHA sera de favoriser, au travers d’activités de formation, l’acquisition de
compétences et de connaissances pertinentes chez les dirigeants des PME et des gains de productivité
à l’aide d’outils technologiques.
• Les PME et les pépinières d’entreprises dans les technologies de l’information et des communications
obtiendront des facilités pour démarrer leurs activités afin de pouvoir se développer en comptant sur
leurs propres moyens.
• Afin de permettre aux PME de participer aux appels d’offre pour les contrats octroyés par l’Etat, une
préférence de 10% sur les offres leur sera accordée.
• L’Export Credit Guarantee Insurance Scheme sera amélioré.
11. COOPERATIVES ET ARTISANAT
• Une réorganisation de la Mauritius Post and Cooperative Bank sera effectuée pour mieux servir les
coopérateurs, les petits artisans et les PME.
• La taxe de 15% frappant les coopératives sera abolie.
• Une Maison des Coopérateurs verra le jour à Réduit.
• Les coopérateurs seront encouragés à se lancer dans la production vivrière et fruitière afin de fournir
les hôtels et restaurants en produits frais ou transformés.
• Les Crédit Unions et les coopératives de production, de transformation et de marketing seront
encouragées.
• Des coopératives de production laitière recevront l’aide de l’Etat en termes de feedlot, de financement,
d’achat de génisses.
• Un village d’artisanat sera établi dans cinq régions du pays.
• Un Institut de Formation spécialisé sera crée pour former les jeunes aux métiers de l’artisanat.
• Les produits artisanaux destinés à l’exportation bénéficieront d’un label pour se développer. Il en sera
de même pour les produits de la pêche et les produits d’élevage.
12. TRANSPORT ET CONGESTION ROUTIERE
• La congestion routière, en particulier sur l’axe Curepipe-Port Louis, est devenue un des problèmes
majeurs du pays. L’Alliance du Coeur propose le métro léger comme solution la plus efficace pour
résoudre ce problème. Nous proposons quinze stations sur cet axe, chaque station étant développée
en un hub commercial et sera reliée aux agglomérations autour de l’axe central par un réseau
d’autobus. Nous proposons également deux aires de stationnement au Caudan Waterfront et à
l’Immigration Square qui intégreront le paysage.
• Un partenariat public-privé, incluant les collectivités locales, les propriétaires des compagnies
d’autobus assurera la mise en oeuvre de ce projet. Les aires de stationnement tomberont sous la
responsabilité d’un corps parapublic regroupant les employés du secteur du transport.
• Nous mettrons en chantier une refonte de l’industrie du transport.
• Le Gouvernement viendra de l’avant avec des mesures fiscales afin de permettre aux compagnies
d’autobus de moderniser leur flotte afin de servir le réseau intra-urbain.
• Le gouvernement garantira l’emploi des travailleurs de transport par autobus
• Les propriétaires de véhicules (voitures) utilisant quotidiennement le métro léger bénéficieront
progressivement de réductions sur la taxe routière.
• La création d’Environment Traffic Cells afin d’optimiser l’utilisation du réseau routier.
• La création d’un réseau routier interne aux villes qui tombera sous la responsabilité des collectivités
locales.
• Une réduction de taxe sur les pièces de rechange pour permettre les véhicules de réduire leur
émission de carbone.
• Rendre à la fois plus efficace et plus efficient le transport gratuit en attribuant directement aux
bénéficiaires un crédit transport ( y compris par le biais d’une carte ou de la téléphonie). Au-delà des
étudiants et des personnes âgées, les handicapés bénéficieront du transport gratuit.
• Les propriétaires de taxis bénéficieront de l’achat d’une voiture ’duty free’ a 100%.
13 AFFAIRES ETRANGERES, COMMERCE
INTERNATIONAL ET COOPERATION REGIONALE
L’action diplomatique de Maurice s’articulera autour de la défense de notre intégrité territoriale et de nos intérêts
économiques vitaux et une action résolue en faveur d’une mondialisation maîtrisée et solidaire. En
conséquence, une attention particulière sera portée aux initiatives suivantes :
• Le renforcement de nos relations historiques avec les pays de peuplement et en particulier l’Inde, la
Chine, la France, Madagascar et le Mozambique ainsi que nos relations traditionnels d’amitié avec les
Etats-Unis, le Pakistan, l’Afrique du Sud, la Grande Bretagne, l’Australie et la Russie.
• Prendre les mesures légales et diplomatiques appropriées et saisir toutes les opportunités pour affirmer
la souveraineté mauricienne sur l’archipel des Chagos et Tromelin et défendre les intérêts des
Mauriciens-Chagossiens y compris leur droit de retour sur les îles Chagos
• En matière de coopération régionale, Maurice continuera à jouer un rôle pro actif au sein de la COI. La
Réunion occupera une place prépondérante dans notre action diplomatique en vue de la signature d’un
accord de coopération. Des consulats seront ouverts aux Comores et aux Seychelles pour activer le
processus d’intégration économique et de coopération régionale. Des accords de partenariat seront
explorés au niveau des régions du COMESA et de la SADC.
• Sera effectuée l’ouverture dans un pays d’Afrique de l’Ouest d’une mission pour renforcer notre
présence sur le continent africain pour une meilleure interaction avec les pays africains dans le cadre
de l’intégration économique et l’exploitation de nouveaux créneaux commerciaux. Une mission sera
ouverte au Moyen Orient de même qu’au Brésil.
• Les relations avec les pays de l’ASEAN seront consolidées et Maurice demandera son admission au
sein de l’Organisation de la Conférence Islamique.
• Maurice jouera un rôle plus actif aux plans régionaux et internationaux pour promouvoir la paix, la
sécurité, le progrès économique et social dans la région et dans le monde avec emphase sur le
développement des petits états insulaires. Dans ce contexte, la participation et l’interaction à l’intérieur
de l’Association of Small Island States seront accentuées. Travailler activement au sein des Nations
Unies pour la création d’un World Environment Organisation.
• Notre stratégie de négociation en vue de la transformation de Maurice en une économie de services
sera renforcée pour obtenir de meilleurs accès aux marchés internationaux pour notre secteur des
services. Ainsi, une institution spécialisée pour promouvoir l’industrie des services et les exportations
sera établie. L’encadrement légal pour le développement du secteur des services sera mis en place afin
qu’il devienne un des nouveaux piliers de l’économie.
• Afin de développer une véritable stratégie nationale de négociations, un mécanisme de consultation
sera crée pour assurer qu’un dialogue continu avec tous les partenaires dont le secteur privé et les
organisations de la société civile.
• Concernant le commerce et l’environnement, des efforts seront déployés pour l’élimination de barrières
tarifaires dans le commerce de biens et services écologiques pour promouvoir le transfert de
technologies vertes. Dans cette perspective, une révision du régime strict de la propriété intellectuelle
sera encouragée.
• Une stratégie plus agressive sera mise en oeuvre de concert avec les petites économies et des pays
amis pour l’enlèvement des barrières au libre échange.
• Une politique nationale de la propriété intellectuelle cohérente sera élaborée afin de promouvoir le
développement de la propriété intellectuelle et son utilisation efficiente comme instrument de croissance
économique et du progrès social. A cette fin, un Mauritius Intellectual Property Office sera crée.
• Le cadre légal actuel régissant la propriété intellectuelle et se référant aux droits d’auteur, copyrights,
trademarks, dessins industriels notamment seront revus pour être en plus grande adéquation avec nos
besoins économiques et culturels.
• L’Assemblée Nationale sera appelée à adopter rapidement un Mauritius Foreign Service Act pour
réguler le service diplomatique.
• Maurice continuera à soutenir résolument le peuple martyr de la Palestine ainsi que tous les efforts de
paix au Moyen Orient.
• La diplomatie de l’Alliance du Coeur adhèrera à tous les efforts internationaux pour réformer la
gouvernance mondiale par le biais d’un nouveau multilatéralisme qui reposerait sur une réforme et une
démocratisation de la Banque Mondiale, du FMI, de l’OMC mais aussi du Conseil de Sécurité de
l’ONU ; la création d’une agence mondiale de l’environnement (OME) et d’un conseil de sécurité
économique à l’ONU. En deuxième lieu, elle appuiera toute initiative en faveur d’une redéfinition des
principes régissant le fonctionnement de l’économie internationale de sorte que le critère de décision ne
soit plus le seul critère commercial mais le respect des droits fondamentaux des travailleurs
(recommandations de l’OIT), des normes sanitaires (OMS), de la diversité culturelle (UNESCO) et de
l’environnement (OME). Troisièmement, reconnaissant que pour la majorité des êtres humains la
priorité demeure la satisfaction des besoins élémentaires, Maurice soutiendra les efforts des Nations
Unies pour réaliser les objectifs du millénaire en relançant l’action internationale en faveur du
développement des pays du Sud.
III. POUR UNE ILE MAURICE JUSTE ET SOLIDAIRE…..
14. LE COMBAT CONTRE LA PAUVRETE
Telle est notre vision: une société sans pauvreté, une Ile Maurice dans laquelle toutes les habitantes et tous les
habitants peuvent participer à la prospérité commune. Une société sans pauvreté, c’est une société dans laquelle
tous les êtres humains peuvent saisir leurs chances et déployer leurs potentiels. C’est en même temps une
société sûre, puisqu’elle renforce la cohésion sociale et la paix sociale. Une première étape dans la voie vers la
réalisation de cette vision consiste à diminuer la pauvreté sensiblement dans les cinq ans à venir au travers des
initiatives suivantes :
• Création d’un Ministère de la Solidarité qui aura la responsabilité de coordonner l’offensive nationale
contre la pauvreté et de veiller à ce que tous aient accès aux droits dont ils devraient logiquement
bénéficier.
• Enonciation d’un plan national d’action élaboré à la suite d’une consultation nationale avec tous les
partenaires économiques et sociaux et s’articulant autour d’une action transversale impliquant tout le
gouvernement. Ce plan reflètera la nouvelle approche basée sur le concept du social risk management
pour permettre aux groupes vulnérables de sortir de la pauvreté.
• Dans la lutte contre la pauvreté, 32,000 familles percevant moins de Rs 6000/ mois et avec un enfant
de moins de 18 ans à charge bénéficieront d’un Income Support.
• Construction en 5 ans de 20,000 logements sociaux (maisons évolutives) pour les familles les plus
vulnérables.
• Création d’une National Poverty Alleviation Agency qui sera le One Stop Shop pour accueillir et diriger
les personnes les plus vulnérables vers les services dont elles ont besoin.
• Les garderies et les crèches d’enfants ont une importante fonction de formation et d’intégration,
notamment pour les enfants de parents vivant dans la pauvreté absolue. Pour cette raison, il faut un
nombre suffisant de places de garderie et de crèche rattachées à toutes les écoles primaires de la
république bénéficiant d’un personnel qualifié. Par ailleurs, sera introduite une subvention publique de
Rs 200 par mois aux frais de crèche et de garderie et de Rs 300 pour le préscolaire.
• Etre à l’écoute des besoins et des aspirations des jeunes vivant dans des situations de précarité est
une priorité de l’Alliance du Coeur. Un programme de Coaching dans les centres de jeunesse sera mis
en place et sera éventuellement étendu dans les collectivités locales et les Citizens Advice Bureau. Le
Coaching facilitera l’amorce d’un dialogue en vue d’aider les jeunes à identifier une filière préprofessionnelle
ou la poursuite d’une formation technique. L’encadrement des jeunes à travers le
Coaching permettra une meilleure intégration dans le monde du travail ou vocationnel.
• Allouer Rs 50 millions annuellement aux micro-projets à travers la DBM.
• Des prêts sans intérêts ni garantis aux étudiants de l’Université de Maurice issus de familles
vulnérables pour une période de 3 ans.
• Recrutement d’un personnel qualifié et motivé en nombre suffisant pour travailler à la réinsertion sociale
des groupes vulnérables.
• Démocratisation du MITD pour des formations itinérantes en des métiers de base dans chaque village
et faubourg de notre République (électricien, plombier, maçonnerie)
15. LA PROTECTION SOCIALE
L’Alliance du Coeur s’engage à promouvoir une réelle solidarité en accordant une attention spéciale aux
plus vulnérables de notre société: les veuves, les orphelins, les personnes âgées, les personnes
handicapées, les personnes victimes de la misère et les personnes seules.
• Nous proposons une consolidation de notre Welfare State par une actualisation des prestations
sociales et des procédés administratifs y relatifs afin de les rendre plus efficaces et efficientes tout en
ne dérogeant nullement à l’universalité de la sécurité sociale. Il s’agira avant tout de rapprocher la
protection sociale des plus vulnérables et de la rendre plus pertinente
• Au pouvoir, l’Alliance du Coeur octroiera une Allowance de Rs 500/ par mois aux personnes
handicapées qui ne sont pas capables de voyager par autobus.
• Dans la situation présente, la pension pour veuve ou pour les handicapés n’est pas payable à l’âge de
60 ans. Nous proposons de payer 50% de cette pension après l’âge de 60 ans.
• Dans le système actuel, une personne n’a pas droit à deux pensions: une pension pour veuve et une
pension comme handicapée. L’Alliance du Coeur trouve cela injuste et propose qu’une personne
handicapée ait droit à une pension comme handicapée mais doit aussi recevoir une deuxième pension
comme veuve au moment où son mari est décédé.
• L’Alliance du Coeur mettra sur pied, inspiré du modèle scandinave, un institut de socio pédagogie qui
assurera le renforcement des compétences des cadres des ONGs et des agents de développement
communautaire du service public afin de les aider à se professionnaliser davantage et leur procurer
des outils pour mieux faire face aux nouveaux défis sociaux.
• Nous encouragerons la création des espaces d’accueil pour les aînés qui choisissent de vivre dans des
‘Homes’ et nous créerons un cadre régulateur pour faire respecter les normes et la qualité de ces
services.
• Le Disability Discrimination Bill sera présenté pour éliminer toute discrimination sur la base d’incapacité
physique et mentale. Les critères d’éligibilité pour la pension payée aux personnes souffrant
d’incapacité physique seront revus. Le degré d’incapacité donnant droit à cette pension sera réduit.
16. EDUCATION ET PROTECTION DE LA PETITE ENFANCE
La protection et l’éducation que reçoivent les enfants pendant les premières années de leur existence ont une
incidence sur le reste de leur vie. L’enfant mauricien bénéficiera de la protection de l’Etat dès sa naissance.
• Structures d’accueil appropriés pour la tranche d’âge 0 – 3 ans avec les normes de qualité, mettant une
équipe pluridisciplinaire qui assurera l’encadrement et l’accompagnement du personnel de crèche qui
jusqu’ici n’a qu’un rôle administratif. Créer de petites unités d’éveil qui puissent répondre aux besoins
des enfants vivant dans les zones de pauvreté.
• Offrir des subsides de l’Etat à hauteur de Rs 200 par enfant pour faciliter l’accès de tous aux services
de crèches et de garderies.
• Assurer un programme alimentaire pour les enfants désavantagés et ainsi combattre la malnutrition et
les maladies infantiles. Renforcer la coordination entre la planification de l’éducation et la fourniture de
services de santé infantile
• Créer dans chaque structure d’accueil une école des parents pour renforcer leurs capacités en
reconnaissant qu’ils sont les premiers éducateurs de leurs enfants.
• Prévenir l’échec scolaire dès le plus jeune âge. Créer un réseau de professionnels pour une prise en
charge du jeune enfant et ainsi prévenir les problèmes avant qu’il ne soit trop tard.
• Créer des centres de loisirs régionaux où le jeune enfant peut exercer sa pensée créative. Créer des
piscines qui soient accessibles aux jeunes enfants de toute couche sociale pour des activités
aquatiques. Créer des conservatoires régionaux de musique pour initier les jeunes enfants à
l’apprentissage de la musique.
17. EDUCATION ET FORMATION
Plus que jamais la réussite de sa vie pour l’individu et le succès économique d’une nation se détermine en
fonction des compétences acquises et du capital humain collectif. Pour approfondir l’égalité sociale,
permettre l’accès à l’emploi et aux technologies nouvelles, l’Alliance du Coeur fait le choix de l’éducation de
tous et du développement du capital social de chaque individu comme la priorité.
• Nous ambitionnons d’atteindre l’éducation pré-primaire pour tous au travers d’un programme accéléré
de construction de centres de protection et d’éducation de la petite enfance en privilégiant les régions à
faible taux de scolarisation .Les services offerts comprendront crèche, garderie, et classes préscolaires
et seront gratuits. Par ailleurs, les subsides publics pour la scolarisation des 4 à 5 ans seront
augmentés de Rs200 à Rs300 par élève et une aide financière accordée pour l’amélioration des écoles
privées.
• Tous les enfants mauriciens de 5 à 16 ans suivront un cycle intégré d’éducation de base reposant sur
un socle commun de connaissances et de compétences préparant à une citoyenneté active et
s’inspirant du modèle singapourien. Cela impliquera une réforme en profondeur de l’examen du CPE ;
l’abolition du ‘ranking’ et l’adoption d’une pédagogie inclusive.
• Les subsides sur les frais d’examens pour tous les élèves prenant part aux examens du S.C et du
H.S.C seront réintroduits.
• Un programme d’appui aux surdoués sera mise en oeuvre pour permettre l’éclosion des talents dès le
plus jeune âge et prévoira un cursus accéléré de 4 ans au lieu de 5 pour les ‘O’ levels.
• Une campagne contre l’échec scolaire sera mise en oeuvre comprenant la construction de
bibliothèques et de ‘staff rooms’ dans toutes les écoles, des évaluations diagnostiques en début
d’année, un programme de soutien scolaire pour ceux éprouvant des difficultés d’apprentissage, la
relance du projet des ZEP et son extension au secondaire et un investissement accru dans la formation
des maîtres et des chefs d’établissements ainsi que le renforcement de l’inspectorat.
• Nous proposons d’encourager l’étude de toutes les langues pratiquées à Maurice et de reconnaître le
droit à l’apprentissage dans la langue maternelle. Ainsi, le Kreol mauricien sera graduellement introduit
comme langue d’enseignement et comme matière, mais sera toujours sujet au choix des parents.
• Un gouvernement accordera la priorité à une politique de nutrition pour l‘enfance en assurant la mise
en oeuvre d’une initiative nouvelle visant à terme l’établissement de cantines scolaires offrant un repas
complet et nutritif à tous les enfants et dans toutes les écoles. Le Health education, la nutrition et les
sports occuperont une place de choix dans tous les programmes scolaires. Ainsi, dès leur jeune âge,
les enfants sauront observer une bonne hygiène de vie.
• Nous accorderons une attention spéciale aux enfants handicapés pour assurer leur éducation par le
biais d’un partenariat renforcée avec les ONG concernées.
• Notre gouvernement privilégiera une relation de coopération avec tous les partenaires du secteur
éducatif et en particulier les enseignants et les managers du privé fondé sur le dialogue et l’attachement
à une offre éducative diverse et variée. Un nouveau parcours de développement professionnel (‘career
path’) sera défini à l’avantage des enseignants du primaire comme du secondaire avec le concours des
syndicats. Nous nous efforcerons de créer un environnement motivant pour tout le personnel
préscolaire, scolaire et universitaire. Le gouvernement soutiendra les efforts d’amélioration des
infrastructures et des services offerts par les établissements publics et privés.
• Au secondaire, la formation technique et professionnelle sera privilégiée par le biais d’une filière
polytechnique, comme alternative au Higher School Certificate, pour mieux favoriser l’emploi des
jeunes.
• Au tertiaire, nous proposerons une dynamisation du secteur reposant sur une meilleure articulation
entre les universités et la formation professionnelle pour répondre aux exigences du monde du
travail ;la création d’un nouveau cadre régulateur pour le postsecondaire et la formation
professionnelle pour l’assurance qualité; la révision de l’octroi des bourses universitaires pour en
augmenter le nombre et en faire un usage optimal ; l’équité dans le financement du post- secondaire ;
la relance de la recherche en partenariat avec le monde de l’industrie et l’établissement d’un
Observatoire de la société mauricienne.
• La mise en oeuvre d’un vaste plan pour l’éducation des adultes incluant des programmes
d’alphabétisation, dans la perspective de l’éducation durant toute la vie, à l’aide des infrastructures des
nouveaux collèges d’Etat.
• Nous proposerons un plan actualisé pour le développement de nos ressources humaines, élaboré en
étroite collaboration avec les partenaires économiques et sociaux, à partir d’études de besoins relatifs
aux secteurs d’activités économiques porteurs.
• L’IVTB verra sa mission redéfinie pour suppléer au privé en répondant aux besoins de formation de tout
jeune quittant le circuit scolaire à 16 ans. De même le Grant scheme sera révisé pour encourager les
entreprises à développer leurs ressources humaines.
• De même nous appuierons fortement le développement du National Qualifications Framework en
fonction d’une harmonisation des politiques d’éducation et de formation professionnelle et renforcerons
le rôle de la National Qualifications Authority
• Un audit des formations offertes par les organismes publics sera effectué pour s’assurer de leur
pertinence et de leur qualité.
• Nous proposerons un plan de financement sous forme de crédit de formation d’une durée de deux ans
à toute personne n’ayant pas poursuivi des études secondaires au-delà du School Certificate, pour des
formations approuvées dans des institutions accréditées.
18. SANTE PUBLIQUE
Le droit le plus fondamental est sans doute le droit à la vie : le droit de vivre le plus longtemps possible et en
bonne santé. Qui plus est, nous considérons la santé non plus seulement comme une absence de maladie mais
comme une ressource permettant à l’être humain de s’accomplir. Au fur et à mesure des découvertes
scientifiques et des progrès dans le domaine médical, il apparaît que l’on peut, eu égard à la majeure partie des
pathologies, prévenir, détecter et traiter sinon guérir. Pourtant, les disparités de moyens et l’inégalité du savoir
dans notre pays rend illusoire toute notion d’égalité dans l’accès et le recours aux soins appropriés. L’Alliance
du Coeur entend affirmer dans les faits à la fois le droit à la santé et l’égalité face à la santé par le biais de
politiques innovantes :
• Un état d’urgence de la santé publique pour combattre la progression alarmante des maladies non
transmissibles au travers d’une campagne nationale d’éducation populaire pour une meilleure hygiène
de vie reposant sur une alimentation plus saine et la pratique d’activités physiques régulières. Les
écoles et les lieux de travail seront les premiers visés. La médecine préventive trouvera enfin la place
de choix qui lui revient dans les politiques publiques. Et l’expérience des caravanes de santé pour la
détection précoce en milieu populaire sera poursuivie.
• Une réorganisation des services de santé publiques pour rehausser la qualité des soins à partir d’un audit
indépendant des services de santé publics afin d’identifier les lacunes du système. L’informatisation du
système de santé sera entreprise et permettra l’attribution à tous d’une carte de santé électronique
contenant toutes les informations sur le patients, groupe sanguin, historique des traitements, etc.,
consultable chez tous les médecins et hôpitaux. Le système de Customer Care dans les hôpitaux sera
revu. Les hôpitaux seront dotés d’un service dentaire d’urgence, y compris la nuit.
• La rénovation et la modernisation des infrastructures existantes et un plus grand nombre de
services mobiles permettront un véritable service de proximité.
• Une plus grande démocratisation des services de santé publique, avec l’introduction du système de
médecins de famille financé par l’Etat. La régionalisation des services, soit l’autonomie de gestion aux
differentes health regions du pays permettra de tenir compte des réalités de chaque région et de mieux
répondre aux besoins de la population locale.
• La planification des besoins en personnel médical et paramédical et la formation continue du personnel
seront désormais une priorité absolue pour pallier à toute pénurie de personnel qualifié
• La construction d’un hôpital pédiatrique et l’amélioration des services de santé pour les femmes dans
les hôpitaux régionaux et dispensaires.
• Ouverture d’un hôpital spécialisé pour le traitement du cancer avec un service oncologique de pointe et
les soutiens appropriés aux malades.
• L’introduction d’un service de gérontologie pour personnes âgées
• La construction d’un nouvel hôpital à Bambous et la construction d’un Neurosurgical and Spinal Block
au New Victoria Hospital de Candos. La construction d’un nouveau centre cardiaque à Belle Vue,
permettant de doubler la capacité d’opérations chirurgicales. Un Cardiac Rehabilitation Programme sera lancé.
• L’intensification de la campagne nationale de prévention, d’information et de lutte contre le SIDA. Le
traitement antirétroviral gratuit sera poursuivi
• L’Etat prendra à sa charge les frais de traitement de toute personne démunie et inopérable à Maurice
dans un centre hospitalier à l’étranger choisi par l’Etat mauricien selon un protocole établi par le ministère
de la Santé.
• Le renforcement du rôle régulateur et disciplinaire du Medical Council.
• La régularisation des législations dans la Médecine du Travail. Chaque entreprise privée assurera en
son sein des soins médicaux à ses employés.
• Faire de notre République un point d’ancrage pour la médecine de pointe pour la région de l’Océan Indien.
19. LE LOGEMENT
Le droit à un logement décent est un droit humain fondamental ; la lutte contre la pauvreté doit
nécessairement inclure une stratégie visant à offrir un logement décent à tous.
• Construction de 20 000 logements sociaux
• Exemption du Registration Duty pour la première acquisition d’un terrain ou d’un logement jusqu’à
hauteur de Rs 150 000 .
• L’Etat prendra en charge les frais des syndics des complexes NHDC pour une période déterminée.
• Augmenter le critère du seuil de revenu d’admissibilité afin que davantage de familles puissent
bénéficier de la subvention pour les dalles.
• Des mesures visant à renforcer la concurrence dans le secteur de la finance pour le logement seront
introduites.
• Création de fonds immobiliers pour participer au financement de l’habitation.
• Des mesures fiscales pour encourager les entreprises à fournir des prêts au logement à leurs employés
seront prises.
• La DBM offrira des prêts à des taux d’intérêt préférentiels pour les constructeurs de logements sociaux
qui bénéficieront aussi de terres de l’Etat.
• Une série de mesures incitatives seront introduites afin d’encourager la construction de logements
respectueux de l’environnement. Le soutien des architectes sera sollicité pour développer un modèle
pour les maisons écologiques en utilisant des matériaux respectueux de l’environnement.
• L’ensemble du système du Sale by Levy sera réexaminé afin de le rendre plus transparent et
équitable.
20. TERRES ET AMENAGEMENT DU TERRITOIRE
• Elaboration d’un plan pour l’aménagement du territoire, délimitant des zones spécifiques pour la
décentralisation économique se référant en particulier à l’industrie des TIC afin d’encourager les
activités économiques et créer des emplois dans les régions éloignées, ainsi « bringing industries to
people »
• Une Land Bank sera créée pour l’identification des terres de l’Etat y compris les pas géométriques sur
une base nationale. L’octroi de ces terres se fera dans la transparence par le biais d’appels d’offres.
21. CONDITION FEMININE
L’Alliance du Coeur poursuivra sa politique visant à éliminer les discriminations envers les femmes, à assurer leur
émancipation et épanouissement.
• Législation nouvelle pour réserver un siège par circonscription à l’Assemblée Nationale et un tiers des
sièges au sein des municipalités, Village et District Councils pour les femmes. Une juste représentation
des femmes sera aussi facilitée par une réforme électorale prévoyant une dose de proportionnelle.
• Dans une démocratie avancée, le développement durable passe par l’autonomie sociale, économique
et politique de la femme. L’Alliance du Coeur s’engage à apporter les changements institutionnels qui
garantissent l’égalité des droits fondamentaux entre les sexes. Une commission indépendante
identifiera toutes les inégalités qui demeurent dans les textes de loi et les procédures d’application des
lois envers les femmes.
• Un gouvernement de l’Alliance du Coeur entreprendra une action énergique pour s’attaquer à la
violence domestique en privilégiant la prévention et la dissuasion au travers d’un vaste programme de
conscientisation dans les établissements éducatifs et sur les lieux de travail, en utilisant pleinement les
médias. De plus, un hotline permanent sera crée pour les femmes en détresse et pour les témoins
d’agressions, avec un service de soutien psychologique. Par ailleurs, une évaluation indépendante du
mécanisme des protection orders sera institué en vue d’améliorer les dispositions légales pour protéger
de la violence domestique. Qui plus est, une unité spéciale de la police, formée à l’écoute et à l’accueil
des femmes victimes de violence domestique, sera déployée à travers le pays. Seront créées des
maisons d’accueil opérant aux frais de l’Etat dans chaque région de la République
• Nous faciliterons l’accès au logement pour les femmes divorcées, mères célibataires et veuves avec la
mise en place de programmes appropriés. Les femmes chefs de famille bénéficiant d’un faible revenu
(jusqu’à Rs 10,000) seront exemptées du paiement des dépôts lors de l’acquisition d’un logement
social. 5% des maisons/appartements de chaque projet de logement social seront mis à la disposition
des personnes âgées, vivant seules et bénéficiaires de la pension de vieillesse contre le paiement d’un
loyer modique.
• Nous créerons des crèches, garderies et des classes pré-primaires dans les écoles privées et publiques et
prévoirons des subsides généralisés permettant aux mères d’avoir plus aisément recours à de tels services.
• Promouvoir le principe de salaire égal pour travail à valeur égal et la parité hommes/femmes au niveau des
salaires dans le secteur privé. Le travail à temps flexible pour les femmes sera facilité et l’employeur tenu
d’offrir des facilités de repos pour femmes en phase finale de grossesse.
• Promouvoir la santé des femmes et des jeunes filles en prévoyant que toutes les adolescentes soient
vaccinées pour prévenir le cancer du col de l’utérus et en s’assurant que toutes les femmes aient droit à
des examens gynécologiques complets ainsi qu’à des mammographies dès l’âge médicalement indiqué.
• Nous mettrons sur pied un High Level Monitoring Committee inter-ministeriel pour la mise en oeuvre de la
National Gender Policy.
• L’entreprenariat féminin sera favorisé par le biais de services-conseil ainsi qu’un women entrepreneur loan
scheme à la DBM. La redynamisation du Conseil national de l’entreprenariet féminin s’accompagnera de la
mise sur pied d’un National Women Business Forum pour encourager un dialogue permanent et des
échanges entre les femmes d’affaires locales et étrangères.
22. RELATIONS INDUSTRIELLES
Afin de promouvoir une nouvelle démocratie sociale, le rôle des syndicats doit être affirmé, la négociation
collective confortée et clarifiée, et le droit de l’entreprise repensée pour rééquilibrer les pouvoirs entre capital et
travail.
• L’Employment Rights Act et l’Industrial Relations Act seront revus complètement pour défendre la
sécurité d’emploi et mieux sauvegarder les droits des salariés. Le regroupement des salariés en
syndicats sera encouragé et adéquatement protégé.
• Les instances de consultation tripartites et de négociation sociale seront renforcées. Ainsi, les
négociations annuelles pour une juste compensation de la perte du pouvoir d’achat en fonction du taux
d’inflation seront rétablies.
• Les compensations en cas de licenciement seront révisées et un mécanisme tel le TCSB ré institué
pour statuer sur les cas de compression du personnel et de licenciements massifs.
• Les délais devant la Cour Industrielle seront réduits à un minimum pour l’audition et le règlement des
cas portés devant cette instance. L’aide légale sera offerte à toute personne démunie pour des affaires
portées en Cour Industrielle.
• La sécurité au travail et la médecine du travail seront une priorité de l’action gouvernementale. Ainsi, le
Health and Safety Inspectorate sera doté de moyens accrus et les dispositions législatives renforcées.
En particulier, la présence de produits chimiques sera mieux réglementée et l’amiante comme source
de danger éliminée sur tous les lieux de travail.
• La participation des salariés à la gestion et au capital de leurs entreprises sera encouragée par le biais
des Employee Share Ownership Schemes et des incitations fiscales appropriées.
• La portabilité des pensions dans le secteur privé sera facilitée.
IV. POUR UNE ILE MAURICE PLUS PROPRE ET
DISCIPLINEE…..
23. LA SECURITE PUBLIQUE
Assurer l’ordre et la tranquillité des citoyens est la condition de survie d’une collectivité et la fonction première
de l’Etat. Pourtant, dans notre pays, règne depuis ces dernières années un climat d’insécurité qui se nourrit
d’inquiétudes associées à des agressions dites de la petite et moyenne délinquance. La dégradation sensible
de la situation témoigne de la perte d’autorité de l’Etat. La délinquance, le vandalisme et de manière générale
l’incivilité ne relèvent plus des faits divers mais sont devenus un véritable enjeu de société, menaçant la
sociabilité elle-même. Le peuple mauricien ne se sent plus aujourd’hui en sécurité chez lui, sur les routes, sur
les plages, ou dès que tombe la nuit. L’insécurité grandissante parmi la population et la recrudescence de la
criminalité est un enjeu national qui appelle à une volonté politique et des actions fortes et courageuses afin de
protéger tous les citoyens mauriciens sans distinction et faire primer l’Etat de droit. L’Alliance du Coeur, une fois
au pouvoir, considérera la question de ‘Law and Order’ comme la priorité des priorités.
• Le Premier Ministre et Ministre de l’Intérieur du gouvernement de l’Alliance du Coeur engagera dès son
entrée en fonctions une action résolue pour rétablir l’ordre dans le pays et la confiance du public dans
les services d’ordre. Nous mènerons une politique de fermeté contre la délinquance et contre ses
causes. Des mesures immédiates seront prises pour créer un nouveau climat de motivation et
d’empowerment au sein de la force policière avec des moyens d’action renforcées en termes de
ressources humaines et financières. De même, la force policière sera dotée d’équipements et
d’infrastructures appropriés pour mener à bien sa tache et les dispositions légales renforcées pour lui
permettre d’agir efficacement dans le respect des droits démocratiques. Il est entendu que le
Commissaire de Police fonctionnera en toute autonomie selon les dispositions de la Constitution et que
la police exercera ses fonctions sans ingérence politique aucune.
• Pour agir contre la criminalité, nous prônons une double politique, à la fois préventive et répressive.
Face aux causes profondes de la délinquance-conditions de vie précaires, absence de travail, habitat
dégradé, discriminations et aliénations sociales-des politiques sociales et pénales adaptées sont
nécessaires et en particulier une action puissante d’intégration sociale privilégiant une réelle égalité de
chances à l’adolescence ( l’école pour tous) et au moment du premier emploi . Parallèlement, à coté
d’une force de police d’ordre public équipé et motivé, il faudrait concevoir une police de proximité pour
assurer la sécurité dans les quartiers défavorisés et les zones sensibles.
• Le Premier ministre et ministre de l’Intérieur élaborera en concertation avec les autorités policières un
plan d’action à court et moyen termes pour contrer les nouvelles formes de criminalité ainsi que la
délinquance. L’efficacité de la lutte contre l’insécurité sera assurée par une continuité d’action fondée
sur la précocité de la prévention et de la sanction .La police établira, pour sa part, un observatoire
permettant de quantifier les données en provenance de toutes les régions du pays, mesurer et orienter
les interventions des différents départements de la police d’une manière plus coordonnée, intégrée et
efficace..
• Le dispositif de surveillance au port, à l’aéroport et sur tout le long de la côte sera renforcé.
• Le concept du Neighbourhood Watch à travers les ‘comités de quartiers’ sera revisité afin de permettre
un lien plus étroit entre les communautés des localités et les postes de police qui les desservent. Les
programmes de sensibilisation dans les quartiers et les villages seront accentués et une ligne de
communication sera maintenue entre les community leaders et les responsables de la force policière.
Des caméras de surveillance seront installées dans toutes les principales artères des villes et des
grands villages.
• Nous proposons de réhabiliter l’image et le leadership de la force policière en la dotant d’un nouveau
quartier général qui sera construit à la Vigie afin de faciliter une plus grande intégration de tous les
services – ‘all under one roof’- et d’optimiser les compétences de la force policière.
• Les recrutements et les exercices de promotion au sein de la force policière seront effectués sur une
base régulière, dans les délais raisonnables, dans la plus grande transparence possible et sur la base
du mérite.
• Nous mettrons en oeuvre un programme de formation adressé à tous les policiers, toutes catégories
confondues, articulé autour de la question des droits humains, de la citoyenneté, du genre et de la
diversité et sera dispensé afin qu’ils puissent valoriser leur rôle en tant que protecteurs de notre Etat
de droit et s’acquitter de leur tâche dans le respect des droits des citoyens.
• Les policiers détenteurs d’un BSc en Police Studies doivent être choisis en priorité pour agir comme
Police prosecutors dans les District Courts. Tous les Police Prosecutors bénéficieront d’une formation et
de conditions de travail adéquates.
• Plus de femmes Police Officers seront recrutées afin d’assurer un meilleur ‘gender balance’ et de mieux
encadrer les femmes mauriciennes qui sont en situation de détresse.
• Le droit des policiers à se regrouper pour assurer la défense de leurs intérêts collectifs et
professionnels sera reconnu avec des dispositions particulières au vu de la nature de leur mission de
service public essentiel.
• Conscient de la relation entre la multiplication des casinos et autres maisons de jeux et la montée de la
criminalité, nous n’accorderons pas de nouveaux permis d’opération pour les maisons de jeux. Les
dispositions contraignantes du Gambling Regulatory Authority Act seront strictement appliquées eu
égard aux opérateurs actuels. La publicité sur les jeux du hasard sera interdite comme l’est la publicité
sur les boissons alcoolisées et la cigarette.
• La Police Complaints Bureau sera remplacée par un Ombudsperson for Police Complaints pour mener
les enquêtes en toute transparence et indépendance. Toutes les allégations de brutalités policières
feront l’objet d’une enquête et les responsables sévèrement sanctionnés. D’autre part, la Human Rights
Commission sera dotée de plus de pouvoirs et de moyens afin de sauvegarder les droits de tous les
citoyens.
• La réorganisation du service pénitencier avec expansion des infrastructures pour combattre la
promiscuité ; séparation des différentes catégories de détenus ; contrôle de l’entrée des drogues
illicites ; une stratégie rodée de réhabilitation et une gestion moderne et efficace.
24. LE COMBAT CONTRE LA DROGUE
Le combat contre la drogue sera une des priorités de l’Alliance du Coeur qui oeuvrera pour une île Maurice
libérée de ce fléau. Toute une panoplie de mesures sera adoptée à cette fin :
• Un nouvel élan insufflé par le gouvernement de l’Alliance du Coeur pour prévenir et réprimer l’usage
des drogues illicites, subutex inclus, mais aussi pour favoriser la réhabilitation et la réinsertion sociale et
professionnelle des victimes de la drogue.
• Un combat sans relâche et sans merci à l’encontre de la mafia de la drogue et de son réseau de
trafiquants. A cette fin, l’ADSU sera complètement réorganisée et dotée de moyens beaucoup plus
conséquents pour accomplir sa mission et plus particulièrement empêcher l’entrée sur le territoire
mauricien du subutex et autres substances illicites. Un Narcotics Bureau sera crée pour chapeauter
tous les départements impliqués dans la lutte contre la drogue. La coopération avec les organisations
internationales et les gouvernements étrangers sera recherchée pour une action de dépistage plus
efficace à nos frontières.
• Entreprendre une campagne nationale et permanente contre la drogue impliquant la communauté, la
famille, les corps religieux, les institutions scolaires, la Police, les prisons, les entreprises, les médias,
les législateurs, les clubs de service, les ONG, les drogués réhabilités, les administrations régionales et
les jeunes.
• Renforcement des moyens d’action institutionnelle de l’Etat ainsi que de la société civile :mise sur pied
d’un National Community Prevention Program regroupant travailleurs sociaux reconnus et des
fonctionnaires pour coordonner toutes les actions de prévention communautaire ; création d’un
Community Action Group dirigé par des leaders régionaux ; mise sur pied d’une Family Support Unit.
• Réorganisation de la NATRESA. et des centres de désintoxication accompagnée d’une extension du
programme de Methadone Maintenace Therapy avec un accent sur la réinsertion sociale des victimes
de la drogue. Réorganisation du centre LOTUS.
• Pour la réduction des risques, outre de la campagne de sensibilisation, mettre plus d’emphase sur la
Methadone MT, l’échange des seringues et l’usage des préservatifs.
• Réorganiser et donner plus de moyens au programme Street Children.
25. LA LUTTE CONTRE LA FRAUDE ET LA CORRUPTION
La fraude et la corruption sont devenues des fléaux alarmants dans notre pays. Nous réaffirmons notre volonté
politique de les combattre à tous les niveaux.
• Une action vigoureuse contre la corruption avec octroi de pas géométriques et terrains de l’état par
appel d’offres.
• Les attributions du National Procurement Board seront redéfinies pour que l’attribution de tout contrat
relatif à un projet de développement infrastructurel (y compris l’aéroport et le réseau routier) y soit
référée.
• Le Déclaration of Assets Act sera amendé pour plus de transparence. Les dispositions de cette loi
seront étendues aux conseillers des collectivités locales et hauts fonctionnaires de même qu’aux hauts
cadres des corps parapublics ainsi que les Présidents des conseils d’administrations nommés par le
gouvernement.
• Les corps para étatiques et les compagnies où l’Etat est majoritaire seront soumis à l’autorité du
directeur de l’Audit. Une institution parlementaire similaire au PAC examinera les manquements
soulignés par le directeur de l’Audit et agira en concertation avec la police et l’ICAC dans des cas de
corruption suspectés.
• Plus de pouvoirs doivent être conférés au Public Accounts Committee afin qu’elle puisse exiger des comptes
pour l’utilisation abusive ou gaspillage des fonds publics comme identifié dans le rapport de l’Audit. Une étroite
collaboration entre le PAC, la police et l’ICAC permettra de mieux combattre la corruption dans l’administration
publique.
• Des mesures correctives en vue de rétablir la confiance et l’intégrité institutionnelle de l’ICAC seront
prises et des amendements apportés au Prevention of Corruption Act afin de rendre l’ICAC plus
performante.
• Une plus grande coopération entre le Public Accounts Committee, la police et l’ICAC permettra de
mieux combattre la fraude et la corruption dans l’administration publique.
V. POUR UNE ILE MAURICE PLUS UNIE
ET PLUS DEMOCRATIQUE
L’Alliance du Coeur au gouvernement s’opposera résolument au communalisme, au racisme et aux sectarismes
religieux ou ethniques en tout genre. Nous affirmerons notre attachement à la laïcité de l’état et de ses
institutions. Notre gouvernement assurera la préservation et à l’épanouissement de nos langues et cultures
ancestrales, et favorisera le dialogue interculturel et le mauricianisme pluriculturel, basé sur le respect, la
tolérance et la compréhension des différences pour façonner un devenir commun mauricien, conjuguant unité
nationale, méritocratie, progrès économique et social. Conscient du rôle primordial du Kreol et du Bhojpuri, en
tant que langues populaires, comme éléments constitutifs de notre nation, éléments clés de notre vivreensemble
et outil de démocratisation sociale, le MMM oeuvre pour la valorisation de ces langues dans le
respect de notre identité plurielle et dans le dialogue.
La nation mauricienne, en tant que collectivité, se doit d’abord de donner l’envie de vivre ensemble à ses
membres. La priorité est donc de provoquer le désir de se rassembler autour d’une histoire, d’une géographie,
d’une ou des langue(s) commune(s), d’une culture plurielle, d’un art de vivre. En conséquence, tout doit être mis
en oeuvre pour améliorer par priorité le climat relationnel du pays.
Notre gouvernement s’opposera en tout lieu et en toute circonstance au racisme, au communalisme et au
castéisme pour promouvoir le mauricianisme pluriculturel comme fondement de la nation. Il s’opposera à tout
fondamentalisme et empêchera toute intrumentalisation de la religion par la haine de l’autre. Nous affirmerons
par notre façon de gouverner les valeurs laïques de l’Etat en dissociant religion et politique
26. REFORME ELECTORALE ET
FINANCEMENT DES PARTIS POLITIQUES
REFORME ELECTORALE
• Une grande réforme électorale sera proposée à partir des recommandations du Select Committee sur
la réforme électorale ainsi que de l’étude d’autres systèmes électoraux à travers le monde. Un débat
public sera lancé pour dégager un consensus autour de la dose de proportionnelle à être introduite
dans notre système électoral. L’introduction d’une dose de proportionnelle dans notre système électoral
assurera une plus grande participation des femmes à l’Assemblée Nationale et permettra aussi à n’importe quel
individu qui possède des compétences à servir son pays.
• L’Electronic Voting Machine sera introduite.
CODE DE CONDUITE POUR DISSOCIER POLITIQUE ET RELIGION
• L’élaboration d’un code de conduite pour les élections aura force de loi afin d’obliger à tous les candidats et les
partis politiques à honorer ce code ou être sanctionnés pour non-respect du code. Parmi les grandes mesures
qui seront introduites :
– Toute personne ou parti politique engagé dans une activité susceptible de créer des tensions entre les
races, les ethnies, les castes ou groupes religieux ou participer dans des fonctions à nature sectaire sera
disqualifié.
– Aucun candidat ou parti politique n’aura le droit de faire appel à la race, l’ethnie, caste ou religion pour obtenir des
votes.
– Aucun lieu de culte ne pourra être utilisé pour des propagandes électorales.
– Les organisations socioculturelles et religieuses ne pourront participer, directement ou indirectement dans une
campagne électorale en faveur d’un candidat ou d’un parti politique.
FINANCEMENT DES PARTIS POLITIQUES
• Introduction d’une loi cadre à partir des recommandations du Select Committee sur le
financement des partis politiques et des modèles existants dans d’autres pays et après
consultations avec toutes les parties concernées. prévoyant : (i)un registre des contributions
financières qui pourrait être consulté par le public et (ii) le financement par l’Etat des campagnes
électorales.
27. EGALITE DES CHANCES, MERITOCRATIE
ET REFORME DES INSTITUTIONS
L’Alliance du Coeur considère que la démocratie réelle ne peut qu’être participative. Nous croyons fermement à un
système politique démocratique qui serait à la fois inclusif, participatif, et représentatif et proactif.
• La création d’un Sénat qui aura notamment pour rôle de discuter et de ratifier les lois après leur vote à
l’Assemblée Nationale. Le Sénat agira comme Conseil Constitutionnel et aura comme fonction additionnelle le
contrôle de l’action gouvernementale à travers le travail des Commissions permanentes.
• Le Président du Sénat sera nommé par le l’Assemblée Nationale sur proposition du PM.
• Les Sénateurs seront nommés parmi les personnalités publiques, académiques et professionnelles qui, de par
leur expérience et savoir, pourront contribuer à l’avancement des champs divers de l’activité publique. Cette
nomination se fera par le Président, le Premier Ministre, le Speaker et le Leader de l’Opposition sur une base
proportionnelle à être déterminée.
.
Assurer l’égalité des chances dans le recrutement et les promotions tant dans le secteur privé que public,
sera une priorité du gouvernement.
• L’Alliance du Coeur au pouvoir, proclamera immédiatement l’Equal Opportunities Act. Tous les
moyens seront mis en oeuvre pour la création d’un mécanisme doté de ressources humaines et
matérielles adéquates pour sa mise en opération dans les meilleurs délais
• Pour plus de transparence et de méritocratie : Appels de candidatures publics pour tout recrutement à
la direction des organismes et compagnies privées propriété de l’Etat et engagement que toute
nomination à des postes de responsabilité aura comme critère premier la compétence
• Les employés contractuels rattachés à un ministère ne seront plus affublés du titre de ‘Advisers’. Chaque
Ministre a droit de constituer une équipe de conseillers en fonction des compétences et des exigences de
son ministère et une telle équipe sera limitée en nombre.
• Nous proposons la création d’une Democratic Audit Commission qui aura pour tâche d’évaluer, à intervalles
réguliers, les mécanismes et les fonctionnements des institutions démocratiques. Cette Commission
fonctionnera à l’intérieur de la National Human Rights Commission. Elle publiera périodiquement des
‘Democratic Audits’ autour d’un certain nombre de thématiques, entre autres : élections justes et libres, lutte
contre la corruption, femmes dans la vie publique, citoyenneté égalitaire, l’Etat de droit.
• L’objectif de la Public Service Commission est d’identifier et de sélectionner les personnes possédant les
qualifications académiques, la motivation et le savoir faire pour une performance efficiente. Elle doit aussi
sauvegarder l’impartialité et l’intégrité des nominations et promotions dans le Service Civil et les Administrations
Régionales afin d’assurer que celles-ci reposent sur le principe de la méritocratie. Les exercices de recrutement
par ces institutions sont souvent sujets aux critiques. Il est fréquent que des personnes recrutées n’aient pas les
aptitudes requises eu égard au poste qu’elles occupent. Par conséquent, ces Commissions devront publier et
‘gazetter’ la liste des candidats sélectionnés pour plus de transparence. Une Commission chargée du
recrutement, de la nomination et de la promotion dans tous les corps paraétatiques et les compagnies financées
par les fond publics, sera mise sur pied.
• Le droit à l’information est une condition sine qua non pour promouvoir les droits de la communauté à accéder à
l’information sur les services publics. Les règlements et pratiques impactant sur le public devront être disponibles
pour consultation de toute personne concernée par ceux-là. Le droit à l’information est un moyen pour
décourager la corruption tant dans le domaine politique que dans le monde des affaires.
• Le Freedom of Information Act offrira une protection aux citoyens par rapport à toute information qui affecte leurs
droits. L’Ombudsperson ou toute autre autorité pourra être interpellé par les citoyens pour la défense de leurs
droits.
• Couverture en direct des débats parlementaires : le Parlement doit être ouvert et transparent. L’Alliance du
Coeur, au pouvoir, retransmettra en direct les travaux parlementaires.
• La centralisation à outrance par le gouvernement central du fonctionnement des municipalités a sensiblement
réduit l’espace démocratique et l’impact sur le développement des collectivités locales. L’Alliance du Coeur au
pouvoir s’engagera résolument dans la décentralisation administrative et délèguera des pouvoirs additionnels
aux Municipalités.
• La National Human Rights Commission: ne joue pas son rôle de chien de garde pour la bonne gouvernance et
le respect des droits humains. Elle sera restructurée afin de lui permettre de jouer efficacement son rôle à
travers toutes nos institutions. Elle doit être plus dynamique et visible et servir autant les détenus des prisons
que le public en général. La National Human Rights Commission devrait élargir son portefeuille de services pour
accueillir et agir sur les complaintes, par exemple sur la santé et la sécurité au travail, le développement durable,
l’éducation – en particulier sur les droits des enfants qui sont écrasés par le système des leçons particulières et
les services sociaux.
• Une Land Restitution Commission sera instituée pour aider les citoyens qui ne disposent ni de moyens
financiers ni d’informations nécessaires à faire valoir leurs droits dans des cas où les réclamations sont
considérées comme genuine.
28. JUSTICE ET LOIS
• Une Charte énonciatrice des droits économiques, sociaux et écologiques, inspiré de l’évolution du droit
international eu égard aux Droits humains et du progrès social et économique réalisé par notre pays ;
de l’expérience constitutionnelle d’autres pays tels l’Inde et de l’Afrique du Sud ; et des impératifs du
développement durable au 21ème siècle, sera élaborée à l’issue d’une vaste consultation nationale
soutenue par une expertise internationale, et à terme annexée à la constitution du pays.
• Nous appliquerons le Rapport Mackay ; la Family Court sera décentralisée et
une Revenue Court instituée.
• Des réformes seront apportées au Legal Aid afin que chaque justiciable puisse bénéficier d’un avocat,
garanti par un service public de la défense.
• La loi sera amendée pour que le DPP ait le devoir d’expliquer ses décisions, surtout quand il
prononce des nolle prosequi.
• Nous augmenterons le budget de la justice et le judiciaire sera appelé à se doter de moyens
efficaces pour réduire les retards des procès et des litiges tant au pénal qu’au civil. Toutes les
institutions parajudiciaires seront appelées à traiter avec plus de diligence les litiges qui leur sont
référés.
• La politique de fixed penalties sera revue et le pouvoir de discrétion des juges en matière de sanctions
revalorisée.
• Le digital recording deviendra une réalité pour accélérer la préparation des procès verbaux.
• Des mesures seront prises pour assurer une formation continue aux magistrats et juges aussi bien
qu’aux auxiliaires des systèmes de justice.
• Une solution appropriée sera trouvée pour le financement de la New Supreme Court House.
29. LIBERALISATION DES ONDES
Dans les domaines de la communication et de L’information, nous récusons les monopoles et favoriserons la
pluralité. Notre gouvernement favorisera la liberté d’expression a tous les niveaux : presse, radio, télévision, etc.
Nous favoriserons la libéralisation des ondes tout en veillant à ce que le tissu social soit protégé et que des
monopoles basés sur le regroupement des capitaux n’empêchent la libre expression des courants de pensée.
Grâce à notre initiative passée, la libéralisation des ondes a été bénéfique pour l’île Maurice en général.
• Avec l’Alliance du Coeur, l’espace audio-visuel accueillera la télévision privée. Le nombre de
fréquences disponibles pour les opérateurs privés de radio et de télévision sera augmenté.
• La liberté de la presse sera respectée et consolidée en même temps que la libre adhésion du corps de
métier de journalistes à un code d’éthique sera proposée.
• Les publicités de l’Etat et des institutions gouvernementales seront distribuées à tous les titres de
presse selon des critères et normes objectifs et sans partisannerie politique.
• Introduction d’une nouvelle législation qui reflètera la convergence à l’intérieur du secteur des
communications. Une unique agence régulatrice sera mise sur pied pour les secteurs des
communications, du broadcasting et de la technologie informatique.
• Afin de promouvoir le e-commerce et d’autres services ‘on-line’, les dispositions y relatives du
Electronic Transaction Act et du Cybercrime and Computer Misuse Act seront appliquées.
• La convergence entre l’informatique, l’Internet haut débit et l’audiovisuel sera encouragée pour donner
un plus grand bouquet de choix aux Mauriciens.
• La MBC Act sera revue afin qu’elle puisse jouer son rôle de station audiovisuelle responsable du
service public dans un environnement hautement concurrentiel.
• Nous inviterons les institutions de formation de réputation internationale à dispenser des cours en vue
de rehausser le niveau de compétences dans ce secteur. L’école de journalisme à l’Université de
Maurice sera restructurée afin de faciliter les échanges entre étudiants au niveau régional et
international. Le Media Trust sera encouragé à faciliter la formation des journalistes et à promouvoir la
liberté d’opinion et d’expression dans les règles de l’art.
30. ADMINISTRATIONS REGIONALES
L’Alliance du Coeur s’engage à compléter le processus de décentralisation et à faire de Maurice une ” Ile-Ville “,
éliminant ainsi les inégalités entre villes et villages, au moyen des mesures suivantes :
• Créer sept nouvelles municipalités.
• Donner aux 12 municipalités de nouvelles responsabilités dans des domaines aussi divers que la
provision des crèches, l’éducation pré-primaire, le transport intra-urbain, le sport, la culture, le scoutisme
municipal, les loisirs et la lutte contre la pauvreté.
• Construire de nouveaux marchés dans différentes régions du pays.
• Poursuivre le projet d’éclairage des terrains de sports placés sous la tutelle des collectivités
locales.
• Construire des crématoires modernes à The Vale et Grand Baie, dans un premier temps.
• Construire un Market Village a Port-Louis, à côté du Marché Central, pour abriter, entre autres, un
supermarché, une boulangerie, des Food Courts, un souk, des restaurants.
• Construire une nouvelle Fire Station à Tamarin et délocaliser celles de Port Louis et de Quatre Bornes.
• Lancer le projet de développement intégré de Port-Louis.
31. RODRIGUES ET LES ILES
L’Alliance du Coeur s’engage, dès son arrivée au pouvoir à rétablir une relation de confiance et de partenariat
entre le gouvernement mauricien et le Conseil Régional ainsi que le l’Exécutif de Rodrigues. Nous continuerons
à promouvoir l’autonomie pour Rodrigues, afin que les Rodriguais puissent jouer pleinement leur rôle au sein
de la République de Maurice. Les mesures suivantes seront prises :
• Consolider la structure légale et opérationnelle du pouvoir régional de Rodrigues.
• Intensifier les efforts en vue d’améliorer la fourniture d’eau potable.
• Continuer à améliorer la qualité de vie des Rodriguais, à travers un meilleur service de santé, d’éducation
et de transport.
• Soutenir davantage tous les projets initiés dans divers secteurs, notamment le tourisme, l’agriculture,
l’élevage, la pêche, l’artisanat et l’entreprenariat en général, tout en veillant à la protection de l’environnement
et de l’écosystème.
• Les efforts seront poursuivis pour améliorer les infrastructures routières, portuaires et aéroportuaires dans
l’île
AGALEGA
• Agrandissement et entretien de la piste d’atterrissage
• Faire que les familles îloises deviennent à terme propriétaires de leur terrain et maison à travers un
système de bail.
• Nous mettrons en permanence sur l’île une infirmière qualifiée pour accompagner les accouchements.
• Nous offrirons un repas quotidien gratuit aux enfants de la crèche et de l’école.
• Nous assurerons la visite annuelle d’une équipe médicale pour le dépistage des maladies et pour les soins
dentaires, des yeux, des oreilles et autres.
• Nous engagerons une équipe d’enseignants qui travaillera pour au moins neuf mois consécutifs sur l’île
afin d’assurer le suivi dans l’apprentissage des enfants. Ces enseignants auront aussi la responsabilité
d’agir comme médiateurs dans le domaine social.
• Nous mettrons des équipements de sécurité (extincteurs, gilets de sauvetage, etc.) à la disposition de la
petite communauté vivant sur l’île. Des ‘First Aiders’ et des ‘skippers’ seront formés sur place.
• La plantation de nouveaux cocotiers, de manioc et patate, la production de coprah et de la farine de coco
seront encouragées.
ST. BRANDON
• L’accent sera mis une nouvelle fois sur la protection de l’environnement.
32. FONCTION PUBLIQUE
Une Fonction Publique moderne et efficiente est nécessaire afin de permettre au pays d’atteindre un deuxième palier
de son développement économique et une croissance supérieure. Un gouvernement de l’Alliance du Coeur oeuvrera
dans ce sens :
• Sera mise en oeuvre un vaste programme de formation à l’ intention des fonctionnaires ayant, entre
autres, l’objectif de promouvoir la maîtrise des Tics et l’e-governance.
• Les ministères et départements auront la tâche d’identifier les besoins en formation de leur
personnel et de rédiger un Staff Development Programme.
• Une plus grande importance sera accordée à l’éducation à distance avec la création de I’Open
University pour encourager les fonctionnaires à améliorer leurs qualifications et aptitudes.
• Des cours spéciaux en Strategic Partnership et Customer Relationship Management seront
organisés en collaboration avec l’Université de Maurice, l’Université de Technologie et d’autres
partenaires pour rehausser le niveau et la qualité des services au sein de la fonction publique.
• Un Computerized Human Resource Information System sera mis en place pour la création d’une banque
de données sur le profil et la performance des fonctionnaires.
• Chaque ministère mettra sur pied un Talent Review Committee basé sur la réalisation des indicateurs
de performance des fonctionnaires et le feedback de leurs responsables hiérarchiques, pour
l’identification des talents et l’utilisation optimale des compétences dans la fonction publique. Cette
structure ne va pas supplanter les autres instances qui déterminent le mouvement du personnel et les
promotions dans la fonction publique. L’objectif de cet exercice est de motiver les ‘high performers’ de
la fonction publique en leur mettant sur des projets d’envergure.
• Un Public Service Bill sera proposé en vue de promouvoir une fonction publique apolitique et
performante au service de l’Etat et des citoyens.
• L’Occupational Safety and Health Management System sera consolidé pour permettre à l’Etat
d’assumer son rôle d’employeur responsable.
• Le Public Officers Welfare Council sera restructuré pour faciliter l’organisation des activités de
bien-être et de loisirs pour les fonctionnaires et leurs familles tant à
Maurice qu’à l’étranger.
33. CULTURE
L’Alliance du Coeur a pour mission d’assurer un grand bond en avant de la démocratisation culturelle et le
développement culturel est au coeur de notre projet de société. L’extension du temps libre, la révolution
numérique et l’explosion d’une demande solvable de biens et de services culturels font désormais de la culture
un enjeu de civilisation. Doter Maurice d’un réseau d’équipements culturels, soutenir toutes les différentes
formes d’expression et de création artistique et culturelle, l’aide aux arts populaires, l’éducation artistique de la
maternelle à l’université,autant d’éléments d’un vaste projet culturel que nous ambitionnons de réaliser demain
au gouvernement :
• Mise en oeuvre d’un vaste programme dans toutes les régions en collaboration avec les collectivités
locales et les ONG pour faire découvrir à tous les jeunes et moins jeunes les différentes formes
d’expression artistique y compris le théâtre, l’écriture et la poésie, la musique et le chant, la peinture et
la sculpture. Susciter l’éclosion des vocations artistiques et déceler les jeunes talents pour prendre en
charge leur accompagnement.
• OEuvrer pour un partenariat public-privé favorisant la démocratisation de l’accès aux moyens
d’expression artistique.
• Créer un fonds de soutien pour les artistes locaux et création d’un espace de dialogue et de partage
entre artistes de tous bords et responsables de la politique culturelle.
• Encourager le dialogue interculturel et la connaissance de l’histoire à travers l’organisation d’activités
regroupant différents Centres Culturels et l’action du Centre Culturel Mauricien.
• Favoriser la production d’oeuvres artistiques et littéraires dans toutes les traditions et les cultures
mauriciennes.
• Mettre en place une Ecole Nationale des Beaux-Arts afin d’appuyer la démarche artistique et assurer
aux artistes des conditions favorables à la pratique de leurs arts.
• Mettre sur pied, avec le soutien financier et technique du ministère des Arts et de la Culture, d’une
Troupe Nationale dans le but de valoriser la richesse et la diversité du patrimoine culturel mauricien.
• Donner au National Heritage Trust Fund des moyens accrus pour préserver notre patrimoine.
• Redéfinir le rôle de la MASA dans son combat contre le piratage artistique
• Création d’une salle de spectacle modulable à l’image du Zénith de Paris, pouvant accueillir jusqu’à
10,000 spectateurs. Le site idéal serait dans la région de Ebene/Highlands. Elle offrira aux artistes un
lieu de spectacle à des prix abordables.
• Création d’un Observatoire de la Diversité Culturelle pour la région sous l’égide de l’UNESCO.
• Promouvoir l’enseignement de l’Histoire de Maurice à tous les niveaux de l’enseignement public.
• Favoriser l’émergence d’une industrie culturelle.
• Promouvoir un itinéraire de la Mémoire.
• Promouvoir l’enseignement des arts à l’école.
34. JEUNESSE ET LOISIRS
Le gouvernement de l’Alliance se voudra un gouvernement de la jeunesse, soucieuse de favoriser son pleine
épanouissement en menant des actions transversales pour être à l’écoute des jeunes et répondre à leurs besoins.
• Un ministère transversal aura aussi la responsabilité d’élaborer une nouvelle politique des loisirs, dont les
jeunes bénéficieront directement.
• Notre gouvernement offrira 75 heures par mois d’accès gratuit à l’internet pour les moins de 18 ans et les
étudiants afin de démocratiser l’accès à l’internet.
• Un scheme subventionné à hauteur de 50% par l’Etat pour permettre l’achat de mini laptops pour tout
étudiant à plein temps à Maurice et âgé de plus de 16 ans.
• Création d’une chaine de télévision privée dédiée exclusivement aux jeunes.
• Un rôle plus important pour la musique, les sports et l’éducation à la citoyenneté dans les programmes
d’études scolaires.
• Facilités pour les jeunes entrepreneurs et soutien pour les startups.
• Création d’une structure de soutien aux jeunes artistes et musiciens.
• Un National Youth Development Centre encouragera la culture de créativité et d’innovation via de
nouveaux programmes et proposera des formations sur les Soft Skills mais aussi des sensibilisations
formatées pour la jeunesse sur des sujets les touchant comme les risques liés aux drogues ou aux
MST, les préparations aux mariage ou à la naissance.
• La jeunesse sera responsabilisée au sein des Centres de jeunesse en les intégrant dans leur gestion,
donc prises de décision, et des passerelles seront créées pour une découverte du monde du travail (visite
d entreprises, stages, …) spécialement durant les périodes de vacances.
35. LE SPORT POUR TOUS
• La politique sportive sera revue de manière plus globale, liant de manière inclusive le sport de masse et
d’élite, développant un partenariat entre le public et le privé pour offrir le sport à tous et pour tous. La
politique sportive encouragera le développement de tous les sports, à tous les niveaux et dans toutes les
tranches d’âge.
• Une attention toute particulière sera cependant accordée au football, sport national mauricien auquel notre
futur gouvernement s’engage fortement à rendre ses lettres de noblesse, en la professionnalisant.
• La reforme des administrations régionales encouragera la régionalisation de tous les sports, tant d’élite
que de masse, en lui donnant un ancrage local fort via la mise à disposition régulière des infrastructures
nécessaires par la région.
• L’aide des entreprises privées de la région sera recherchée pour le financement des activités sportives et
pour la formation de l’encadrement du club aux méthodes de gestion du privé.
• La professionnalisation de l’encadrement des clubs permettra la professionnalisation des fédérations,
donc de l’organisation des différentes activités.
• Une attention particulière sera aussi accordée à l’amélioration de la qualité des arbitres, par le biais de la
formation.
• Au niveau scolaire, l’initiation et la pratique régulière des différents sports seront encouragées ; le
développement des programmes sports-études sera favorisé, ainsi qu’une nouvelle formule des sports
inter-collèges
• Les rencontres internationales de haut niveau seront développées à Maurice comme à l’étranger.
• Une attention particulière sera aussi accordée à la participation du public spectateur afin de recréer
l’engouement populaire nécessaire au développement de tous les sports.
• Le sport de loisir sera valorisé pour son impact positif sur la santé et sur la vie sociale. Dans ce cadre, un
effort spécial sera demandé aux institutions scolaires et aux collectivités régionales pour la construction,
l’entretien et la mise à disposition aussi fréquente que possible (notamment après le coucher du soleil) des
infrastructures sportives. Pour favoriser l’utilisation efficace de ces espaces et un développement sportif
adapté, nous renforcerons l’encadrement par du personnel formé et disponible aux heures d’utilisation.

  1. No comments yet.
  1. No trackbacks yet.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: